Otoscopie et otite

Sommaire

 

L’otoscopie désigne l’examen visuel permettant d'ausculter les différentes structures de l'oreille. Elle est indispensable pour poser le diagnostic d'otite et déterminer de quel type d'otite il s'agit. Réalisée par les médecins et les ORL, l'otoscopie vise à observer :

  • les régions faciles d'accès, notamment le pavillon et le pourtour de l'oreille ;
  • le conduit auditif externe et le tympan ;
  • l'oreille interne.

Différents outils pour réaliser une otoscopie

Les différents outils nécessaires à la réalisation d'une otoscopie possèdent tous des avantages et des inconvénients. Certains conviennent davantage aux spécialistes qu'aux médecins généralistes. Bien entendu, quel que soit l’instrument, il est essentiel que l’examinateur sache parfaitement le manipuler.

L'otoscope

Tous les médecins généralistes se servent d'un otoscope. Il s'agit d'ailleurs de l'instrument le plus souvent utilisé avec le stéthoscope et le tensiomètre. L'otoscope est composé d'un manche et d'une tête. Cette dernière comprenant :

  • une loupe ;
  • un système d'éclairage (lumière halogène) ;
  • un embout jetable.

Les avantages de l'otoscope

  • Il est facile à utiliser.
  • Il est peu onéreux.

Les inconvénients de l'otoscope

  • Son grossissement reste assez faible.
  • L'angle de vue limité nécessite un balayage du conduit auditif externe et du tympan pour obtenir une image complète.

Le microscope binoculaire

Les spécialistes ORL utilisent davantage cet outil qui est plus précis.

Les avantages du microscope binoculaire

  • Il présente plusieurs niveaux de grossissement.
  • Il permet de réaliser de fines manipulations.

Les inconvénients du microscope binoculaire

  • Il ne donne pas une bonne visibilité d'ensemble et nécessite donc un balayage du conduit auditif externe pour obtenir une image complète.
  • Il reste onéreux.
  • Il est encombrant.

L'oto-endoscope

L'oto-endoscope est un petit tube de 4 mm de diamètre également utilisé par les spécialistes.

Les avantages de l'oto-endoscope

  • Il propose une vision panoramique du conduit auditif.
  • Équipé d'une caméra, il permet de tout contrôler depuis un moniteur et de réaliser des clichés.

Les inconvénients de l'oto-endoscope

  • Son grossissement est limité.
  • Il est fragile.
  • Il est très onéreux.
  • Il ne permet pas les manipulations dans le conduit auditif externe.

Éléments recherchés à l'otoscopie

L'otoscopie permet de rechercher des éléments qui permettront de poser un diagnostic. Dans plus de 90 % des cas, cet examen déterminera quelle est la pathologie.

Pavillon et pourtour de l'oreille

D'une façon générale, l'examinateur s'intéresse à la configuration, à la couleur et à la texture du pavillon et du pourtour de l'oreille. Toute anomalie est susceptible de constituer un indice.

C'est également cet examen qui permettra de déterminer le bon calibre de l'embout à utiliser pour examiner le conduit auditif. Il est en effet de taille variable en fonction des individus.

Conduit auditif externe

L'examen du conduit auditif externe permet d'observer :

  • son orientation ;
  • ses dimensions ;
  • son contenu ;
  • ses parois.

Tympan

Le tympan est bien souvent la structure la plus importante à contrôler.

L'examinateur regarde :

  • sa couleur ;
  • sa position ;
  • son intégrité (est-il ou non perforé ?) ;
  • son aspect ;
  • sa mobilité.

Examens complémentaires

L'otoscopie est souvent suivie d'examens complémentaires qui vont affiner le diagnostic et permettre surtout d'évaluer d'éventuelles baisses d'audition.

Acoumétrie

L'acoumétrie permet de distinguer le type de surdité : une surdité de transmission ou de perception.

  • L'acoumétrie phonique est un dépistage simple. Elle consiste à tester l'audition du patient en lui demandant de répéter des mots, en s'éloignant de plus en plus. Le but est d'évaluer à partir de quelle distance il ne les perçoit plus correctement.
  • L'acoumétrie instrumentale est la plus utilisée. Elle se pratique avec un diapason (test de Weber) et consiste à le faire vibrer et à le placer sur le front du patient en lui demandant où il entend le son produit. La réponse est intéressante si le son n'est pas perçu de façon identique des deux côtés.

Audiométrie

L'audiométrie est la méthode d'examen privilégiée. Elle permet d'évaluer l'audition (elle est réalisée suite à une otoscopie et à un nettoyage des oreilles). Elle consiste à émettre dans des écouteurs portés par le patient des sons ou des mots à diverses fréquences.

Cela permet d'établir un audiogramme, une courbe qui indique si le patient détecte correctement les sons et s'il comprend correctement les mots.

Impédancemétrie

L'impédancemétrie est un examen qui teste la mobilité du tympan (tympanométrie) et celle du stapès (ou étrier).

  • La tympanométrie consiste à placer une sonde dans le conduit auditif et à faire varier la pression. On évalue alors la mobilité du tympan et des osselets à l'aide d'un manomètre qui va établir une courbe. En fonction des résultats obtenus, on peut savoir si un liquide se trouve dans l'oreille moyenne. On peut ainsi avoir une idée de la qualité de fonctionnement de la trompe d'Eustache.
  • L'évaluation du réflexe stapédien s'effectue en stimulant l'oreille avec un son intense, qui doit en principe entraîner un réflexe de protection du système auditif. Ce réflexe est la contraction du muscle du stapès destinée à limiter sa mobilité. Cette limitation est perçue au niveau du tympan, ce qui permet de l'évaluer. Ce test indique si l’étrier est mobile ou bloqué.

Aussi dans la rubrique :

Diagnostic et symptômes de l'otite

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider

Liens rapides